Go to menu Go to content

Essais routiers

BMW série 7 2009

Plus sage

Par Benoit Charrette

C'est le Salon de l'auto de Paris qui a servi de première mondiale au lancement de la nouvelle BMW Série 7. Le patron du design de la firme munichoise a laissé de côté les lignes plus tapageuses de l'actuelle génération. Pourtant, malgré les nombreuses protestations lors de son lancement, la Série 7 a maintenu le cap et conservé d'excellents chiffres de ventes. Mais BMW affirme qu'un certain pourcentage de sa clientèle s'est tournée vers la Classe S de Mercedes-Benz et l'A8 d'Audi. On ramène donc des lignes plus classiques pour 2009.

Carrosserie

C'est donc l'élégance qui domine cette berline de nouvelle mouture. Si nous voulions résumer cette nouvelle silhouette en une seule phrase, nous dirions qu'elle est plus dynamique, moins choquante et plus sobre. Si la génération présentée en 2001 avait fait couler beaucoup d'encre avec son style peu orthodoxe, ce style plus conservateur ne risque pas de choquer. BMW respecte la tradition conservatrice des grandes berlines de luxe. Il y a tout de même une pointe d'audace avec une calandre flanquée de gros naseaux qui permettront au V8 turbo de bien se remplir les poumons.

Habitacle

Comme ses icônes du luxe servent toujours de mesure-étalon dans la dimension des avancées technologiques, un nouveau modèle se doit d'apporter son lot d'innovations. Tous les réglages des équipements pourront s'effectuer à l'aide du système iDrive de nouvelle génération. Le système permet l'utilisation illimitée d'Internet (en option) par l'entremise de l'écran de 10,2 pouces de la voiture. Cet écran offre une représentation graphique haute définition, une structure optimisée des menus, un nouveau bouton iDrive permettant de sélectionner et de gérer les fonctions grâce à des mouvements de rotation, de pression et de basculement, des touches d'accès direct aux menus et, pour la première fois, des touches d'appel préférées à programmation libre. Reste à savoir si la clientèle aux cheveux gris saura apprécier toute cette technologie, j'en doute fort. Le minisélecteur de vitesses est remplacé par une commande plus traditionnelle, avec le bouton de l'iDrive à sa droite. Je vous fais grâce des multiples aides électroniques à la conduite qui régissent tout à bord.

Mécanique

La nouvelle série 7 sera lancée avec trois motorisations en Europe (V6 à essence et diesel ainsi que V8) et possiblement une seule en Amérique. BMW a aussi laissé savoir que d'autres mécaniques, plus puissantes (V12), ou plus sobres (hybride), viendront s'ajouter à l'offre dans un avenir rapproché. Toutes les motorisations seront associées à une nouvelle boîte de vitesses automatique à 6 rapports qui se caractérise par des passages de rapports plus rapides, une consommation réduite et un sélecteur électronique. Le premier moteur qui fera le voyage chez nous est un V8 biturbo de 5 litres qui développera 400 chevaux. L'utilisation abondante de matériaux légers comme l'aluminium pour les suspensions et une grande partie de la carrosserie permet de contenir le poids. Ajoutez à cela l'injection directe pour toutes les mécaniques, et BMW est en mesure de promettre une consommation légèrement inférieure aux modèles actuels.

Comportement

Au moment d'aller sous presse, la voiture n'était pas encore sur la route, mais nous sommes en mesure de parler de changements dynamiques. La Série 7 est la première berline de BMW à être dotée d'un essieu avant à doubles triangles obliques et d'un essieu arrière Intégral V exclusif à BMW, tous deux fabriqués essentiellement en aluminium. Les suspensions pneumatiques arrière sont de série. Les amortisseurs, la dynamique de commande de la boîte de vitesses ainsi que les lois de l'accélérateur et de l'assistance à la direction peuvent être modulés sur trois niveaux - « Confort », « Normal » et « Sport » - par l'entremise de la touche de commande du contrôle de la dynamique. Le conducteur peut également appliquer un mode de motricité spécial ainsi que le niveau « Sport + » sur lequel l'intervention du DSC peut être réduite, supprimée même, pour une conduite particulièrement sportive. Le système antiroulis Dynamic Drive est offert en option. Cela promet.

Conclusion

Dans le monde de la surenchère technologique que se livrent les firmes allemandes, BMW vient de jouer sa plus récente carte, la balle est maintenant dans le camp de Mercedes-Benz et d'Audi.

Deuxième avis : Michel Crépault

Grâce à un amalgame de technologies ultra songées, les gigantesques jantes et pneus collaborent avec la suspension pour fournir aux occupants un comportement à la fois souple et performant. En même temps, le V8 travaille sous le capot avec beaucoup de discrétion, laissant à peine transparaître le muscle disponible sous votre pied droit. Cerise sur le gâteau : la Série 7 obtient une consommation d'essence suffisamment qui en surprendra plusieurs, spécialement sur l'autoroute. Il y a peu de voiture pour égaler cette grande routière et BMW y a mis tout son savoir-faire.