Go to menu Go to content

Essais routiers

Audi R8 2009

Extraordinaire, vraiment ?

Par Carl Nadeau

Si je me fie à la plupart des textes écrits par les journalistes automobiles québécois, les cent dernières années nous ont apporté trois événements dignes de mention : l'homme a marché sur la lune, les Beatles ont chanté l'amour, et Audi a créé la R8. Je ne voudrais décevoir personne, mais j'ai une opinion un peu divergente…

Carrosserie

Le style de la R8 est définitivement accrocheur; elle mérite à coup sûr la chance de stationner devant les restos et les bars branchés. Audi a réussi le coup de génie d'offrir « à prix réduit » une voiture qui a vraiment l'image (et la sonorité) d'un supercar. En matière d'esthétique, le design de l'avant et de l'arrière du véhicule respire l'agressivité, le charme, la puissance et la performance. Je n'arrive pourtant pas à m'habituer aux panneaux latéraux de carrosserie qui ne sont, à mon humble avis, qu'un exercice de style qui défigure une superbe voiture. Heureusement, il y a moyen de les commander de la même couleur que la carrosserie. Si vous êtes un peu observateur, prenez le temps d'admirer les phares avant, une merveille de détails et d'efficacité, et ne manquez surtout pas de jeter un œil sur le moteur, mis en valeur grâce à un panneau transparent.

Habitacle

Il est pour le moins agréable de prendre place à bord du bolide; l'environnement est propice à la conduite… et au pilotage ! Peu importe la taille du pilote, la position de conduite parfaite est facile à atteindre. Je ne suis cependant pas fou du volant asymétrique et de la grille de guidage du levier de vitesses, qui ne fait que créer une symphonie d'inutiles cliquetis métalliques. Parlant de bruits insolites, les bruits de vent sont légion dans la voiture, j'espère que la prochaine évolution aura corrigé ces nombreux défauts. Pour être honnête, je préfère de loin la sonorité envoûtante du moteur ou celle de la chaîne audio à tous ces bruits parasites. Le côté pratique est un peu triste, il n'y a absolument aucun espace de rangement digne de ce non à l'intérieur (même pas pour un pauvre cellulaire), et le coffre avant, bien que suffisamment spacieux, est un véritable cauchemar à ouvrir et à refermer ! Ce sont, je l'espère, des problèmes de jeunesse du véhicule qui seront corrigés lors d'une future refonte.

Mécanique

Une voiture qui se veut un supercar, se doit d'avoir une mécanique noble. Le moteur issu de la RS4 est intéressant, mais il n'offre rien pour dépeigner l'amateur de sensations fortes. Le couple est insuffisant, mais les montées en régime jusqu'à 8400 tours par minute donnent tout de même le sourire, dommage que le guidage du levier de vitesses ne soit pas parfait pour exploiter les fortes accélérations. Je crois également qu'Audi devra faire un effort pour améliorer la consommation de carburant. Je ne rechigne pas à visiter la station-service souvent en conduite agressive, mais le véhicule devrait être beaucoup plus économique à vitesse raisonnable d'autoroute.

Comportement

Un châssis léger en aluminium, le moteur en position centrale, une répartition des masses qui approche le chiffre magique des 50-50, la recette idéale pour battre la mythique Porsche 911. Mais voilà, c'est bien le drame de la R8, beaucoup de promesses, mais elle n'arrive toujours pas à détrôner l'icône, loin de là. La R8 est confortable, mais la plupart des conducteurs devront garder le système de contrôle de la stabilité actif pour éviter les embardées, surtout si la chaussée est glis-sante. Elle donne de belles sensations, mais les promesses de transmission intégrale quatre saisons d'Audi ne s'appliquent pas à la R8, contrairement à la Porsche 911, souveraine dans la neige. La R8 est vraiment très à l'aise sur pavé sec grâce aux aides électroniques au pilotage, parfait pour le néophyte qui fera attention à son investissement.

Conclusion

La R8 est vraiment une superbe voiture, mais seule ombre au tableau : les autres fabricants européens ont réalisé que le taux de change est à notre avantage, mais il semble que la rareté de la R8 ne rende les bonzes d'Audi insensibles à notre besoin d'économie…

Deuxième avis : Benoit Charette

La R8 est la seule voiture exotique à offrir la convivialité d'une Porsche 911 et le confort de la défunte Acura NSX. Peu importe de quel angle on la regarde, la R8 impose le respect et ne laisse aucun doute sur son potentiel. Sa beauté n'a d'égale que ses performances. Son système quattro, qui donne priorité aux roues arrière, s'accroche furieusement à la route tout en laissant une touche sous-vireuse pour garder une sensation sportive. Plusieurs personnes rencontrées croyaient que la R8 valait plus de 250 000 $, ce qui en dit long sur son pouvoir d'attraction. Une bouffée d'air frais dans le monde des exotiques. Et cela ne fait que commencer; Audi travaille déjà sur une version décapotable et deux modèles plus puissants, un classique en devenir.