Go to menu Go to content

Essais routiers

Audi Q7 2009

Offert en version allégée

Par Benoit Charrette

On a cultivé le gigantisme avec passion à Audi, mais la crise mondiale du pétrole a remis bien des choses en question. À compter du premier trimestre de 2009, Audi proposera une solution de rechange fort intéressante pour le Q7 : un V6 TDI de 221 chevaux et un couple de 406 livres-pied. Plus économique en carburant et plus performant.

Carrosserie

Construit sur un châssis allongé de Volkswagen Touareg pour permettre d'accueillir sept personnes, le Q7 est imposant. À plus de cinq mètres de longueur et très haut sur pattes, même les arrondis de custode et les angles fuyants dissimulent mal le format hors normes du véhicule. Mais au-delà de sa stature imposante, il a fière allure. Simplement à le regarder, on devine qu'il s'agit d'un utilitaire de luxe, et, malgré ses quelques années de service, il vieillit très bien et ne fait pas son âge. Visuellement, il est impossible de faire la différence entre un Q7 diesel et les autres membres de la famille. La même forme familière, les mêmes roues de 20 pouces; il faut aller à l'arrière pour voir le sigle TDI.

Habitacle

Pour le confort et la finition, le Q7 mérite une médaille. L'insonorisation est très réussie, les sièges offrent un bon maintien, une assise confortable, et la finition est irréprochable, à l'image des autres produits de la famille. Parmi les quelques petits irritants, il y a la console centrale, très chargée et remplie de boutons. Force est d'admettre que la compréhension demande quelques jours sinon une bonne semaine. Un conseil, si vous devenez propriétaire d'un Q7 ou d'un autre produit Audi, prenez le temps de vous faire expliquer tout cela, Vous verrez, le système compte parmi les plus simples du côté des véhicules allemands. Pour ce qui est de l'espace, les passagers des deux premières rangées seront très à l'aise et ceux de la troisième devront être plus petits. Si votre budget le permet, prenez le temps d'écouter la chaîne audio Bang & Olufsen, un bonheur pour les oreilles.

Mécanique

Même avec un poids qui dépasse les deux tonnes, le moteur diesel de 3 litres suffit amplement à la tâche, se révélant souple et vigoureux sur toute la plage de régimes. La force de ce diesel est dans les reprises qui ne manquent pas de caractère. La boîte de vitesses Tiptronic à 6 rapports, qui lui est d'office accolée, est douce et ouatée, sportive même si le levier est positionné sur « S ». Grâce au couple de 406 livres-pied, le diesel arrive loin devant le 3,6-litres qui pourtant développe plus de puissance, mais le couple ne fait pas le poids. Reste le V8 qui décoiffe plus que le diesel, mais au prix d'une consommation qui dépasse les 17 litres aux 100 kilomètres, alors que j'ai maintenu 11 litres aux 100 kilomètres avec le diesel.

Comportement

Sur la route, l'ensemble fait preuve d'une vigueur surprenante, peu importe le modèle. Difficilement identifiable à l'oreille comme un diesel, le V6 pousse fort et ne manque pas de reprises pour les dépassements, même avec 2 400 kilos à vide qui ne semblent pas peser lourd sur l'accélérateur. Pour ajouter au confort, voici une option qui vaut le supplément : la suspension pneumatique pilotée. Elle accomplit des miracles en ajoutant au confort une tenue de route sans faille. Un mariage difficile considérant la taille de la bête.

Conclusion

Il est clair que le Q7 diesel est voué à un bel avenir. Du côté de Mercedes-Benz, le modèle con-current du Q7, le GL, est offert lui aussi avec une motorisation diesel depuis plus d'un an. Au Québec, 80 % des GL vendus sont des diesels; je suis certain qu'Audi atteindra rapidement les mêmes proportions. La raison est fort simple, vous ne ferez pas de sacrifices au chapitre des performances avec le Q7 diesel et votre économie de carburant oscillera entre 30 et 35 %, un puissant incitatif. De plus, vous pourrez remorquer jusqu'à 3 500 kilos.

Deuxième avis : Frédéric Masse

Définitivement, le produit le plus à point de la trilogie (avec le VW Touareg et le Porsche Cayenne), l'Audi Q7 est arrivé tard et dans une bien mauvaise période, mais quel camion tout de même. Plus confortable, mieux équilibré, mieux fini et capable de loger jusqu'à sept occupants grâce à sa banquette de troisième rangée, il corrige tout ce que les deux autres membres du trio faisaient moins bien. Grâce à son véritable système à quatre roues motrices, il pourra affronter les pires conditions; vous pourrez tout aussi bien aller à la pêche à votre lac préféré ou vous rendre en tout confort et avec prestige au bal des finissants de votre grande fille. Un incontournable dans la catégorie si l'on recherche cette polyvalence… De plus, quand le moteur diesel arrivera au premier trimestre de 2009, le Q7 détiendra, avec le Mercedes ML et le futur BMW X5, la main mise sur la technologie.