Go to menu Go to content

Essais routiers

Acura RL 2009

Crise d'identité

Par Jason Camissa
Annuel de l'auto 2009

 

Acura a toujours eu du mal à définir la place qui revient à la RL dans le marché des berlines de luxe. En ce qui concerne le comportement routier, cette voiture est une première de classe. En revanche, le constructeur nippon n'arrive pas à attirer autant d'acheteurs qu'il le souhaiterait. En 2009, les choses ne s'annoncent guère mieux pour la RL. En jetant un œil à la gamme que propose Acura, on constate que la TSX, même si elle a grossi quelque peu, demeure fidèle à sa motorisation 4-cylindres. La TL, quant à elle, empiète sur le territoire de la RL puisque ses dimensions ont substantiellement augmenté et qu'elle offre dorénavant un moteur plus puissant, ainsi qu'une transmission intégrale. Tout cela vous est offert à meilleur prix !

Carrosserie

Acura a procédé à une légère refonte de la carrosserie de la RL pour 2009. On a tout de même conservé son nez plongeant, mais on a revu la grille qui donne à la voiture des allures plus menaçantes. De nouveaux phares pivotants combinés à des pare-chocs plus agressifs distinguent davantage la RL du modèle précédent. En revanche, ces retouches n'aident en rien à améliorer l'image terne de la voiture.

Habitacle

Malgré le fait que l'intérieur soit un peu étriqué, sa finition ne manque pas de retenir l'attention avec son mélange de bois lustré, de métal brossé et de plastique de qualité. La forme sculptée du volant plaira au conducteur. Mais ce qui déçoit à bord de la RL, c'est sans doute le fait que son habitacle se compare difficilement à celui des modèles compétiteurs. De fait, la BMW de série 5, la Audi A6 et la Mercedes-Benz de classe E possèdent toutes un empattement plus généreux. Alors que la RL a été la première à offrir un système d'information de trafic en temps réel, Acura l'améliore pour 2009 en incluant une fonction de routage en fonction des bouchons de circulation, ce qui signifie que le système peut recalculer une route alternative s'il détecte un embouteillage. La TL 2009 est équipé d'un système d'information de bord plus joli et plus convivial. Malheureusement, la RL devra patienter un peu avant de l'offrir à son propriétaire.

Mécanique

La RL est doté d'une boîte automatique à cinq vitesses, contrairement aux modèles compétiteurs qui sont équipés de boîte à six ou même à sept rapports. Heureusement, le système de transmission intégrale distribue toujours les 300 chevaux aux quatre roues grâce au SH-AWD de Honda. Cette technologie contrôle électroniquement la distribution de la puissance de sorte que le véhicule paraît plus léger et amorce les virages avec vélocité. Ce V6 possède une belle sonorité, en particulier lorsque le conducteur lui impose des régimes élevés. Malgré tout, Acura affirme que la RL devrait bénéficier d'une légère économie de carburant par rapport à l'ancien modèle. La suspension de la RL a été modifiée grâce à ses amortisseurs plus résistants et à ses barres anti-roulis plus larges.

Comportement

Le résultat du système de traction intégrale surprend. L'effet de couple dans le volant est presque inexistant.

Le virage en U s'effectue sans faire crisser les pneus, même à bonne vitesse. Le conducteur bénéficie de la technologie à bord de la RL qui lui transmet avec précision le comportement de la voiture. Le contrôle anti-roulis est assuré par des dispositifs électroniques qui travaillent à merveille.

Conclusion

La venue de la nouvelle TL fera mal à cette grande berline. Avec le même engin sous le capot (il produit encore plus de puissance), la même transmission intégrale, le même luxe à bord de l'habitacle, et un style plus aguichant, un acheteur serait tenté d'opter pour la petite sœur de la RL. À plus forte raison si cet acheteur paie moins cher. Tout cela n'enlève rien à la RL, mais elle se fait plus rare sur nos routes.

 

 

Deuxième avis : Philippe Laguë

L’industrie de l’automobile n’est pas à l’abri des injustices… Lors de son premier renouvellement, il y a quatre ans, l’insipide berline RL, aussi ennuyante ennuyeuse à regarder qu’à conduire, s’était métamorphosée : sa remplaçante tranchait avec une des lignes plus agressives et de réelles qualités dynamiques. Pourtant, les acheteurs n’ont pas répondu, ce qui est d’autant plus étonnant qu’elle proposait cette fois le rouagea transmission intégrale, tout en continuant d’offrir l’un des meilleurs rapports qualité-prix, avec un équipement de série bien garni. Son V6 n’avait rien à envier à ceux des Audi, BMW et Mercedes –- ni en raffinement, ni en puissance –- et sa fiabilité, a toujours été nettement supérieure à celle de ses capricieuses rivales européennes. Non, vraiment, c’est à n’y rien comprendre… En 2009, la RL de deuxième génération reçoit ses premières modifications d’importance, mais on ne peut parler de renouvellement ; plutôt une évolution. D’une très bonne voiture, au demeurant.